Les aides au transfert simplifient le quotidien

Les personnes à mobilité réduite sont tributaires d’aides au transfert, par exemple quand elles souhaitent prendre un bain. De la planche de transfert au lève-personne plafonnier, une multitude de moyens auxiliaires assistent ces personnes au quotidien – tout en accordant une place primordiale à la sécurité.

Pour gérer leur quotidien, les personnes à mobilité réduite sont tributaires de moyens auxiliaires appropriés. Les transferts d’un moyen auxiliaire à l’autre s’effectuent avec des aides au transfert, par exemple du lit vers le fauteuil roulant manuel, du fauteuil roulant manuel vers la voiture ou de la chaise de douche vers le lit. L’analyse du moyen auxiliaire approprié devra par conséquent prendre également en compte cet aspect du transfert qui nécessite souvent des aides supplémentaires ou l’intervention de tiers. Si cette analyse est effectuée lors d’une hospitalisation, il faudra garder à l’esprit la situation au domicile du patient. A l’hôpital, les patientes et les patients disposent de personnel qualifié ; à la maison, ce rôle est le plus souvent assumé par des proches. Il peut arriver qu’un transfert soit réalisable sans moyen auxiliaire en institution, mais que la situation s’avère très différente au domicile du patient.

Du petit moyen auxiliaire manuel au système de lift au plafond, il existe de nombreuses possibilités pour effectuer un transfert. L’essentiel est de déterminer le moyen auxiliaire adapté. Les moyens auxiliaires suivants se prêtent au transfert en fonction du handicap et de la situation.

Planche de transfert

Une planche de transfert facilite le transfert en position assise : par exemple du bord du lit vers le fauteuil roulant, les toilettes ou le siège de voiture. Les planches de transfert existent dans différentes tailles, différents modèles (droite ou courbée) et différentes matières comme le plastique ou le bois.

Alaises et coussins pivotants

Les alaises à surface glissante facilitent le transfert du lit vers le fauteuil roulant. Elles existent en différents modèles et dimensions.

Un coussin pivotant est destiné avant tout au transfert vers la voiture. Placé sur le siège de voiture, il permet à l’utilisateur transféré dans le véhicule de pivoter du côté vers l’avant avec un minimum d’effort. Pour sortir de voiture, l’utilisateur pivote vers le côté et se transfère vers le fauteuil roulant.

Poignées et barres d’appui

Les poignées sécurisent l’utilisateur lorsqu’il se lève, s’assied ou en station debout. Il n’existe pas de solution standard. Chaque situation, chaque pièce et chaque personne représente un cas particulier en fonction de ses capacités, de son handicap ou de l’environnement. Il est toutefois primordial que les poignées soient montées au bon endroit par un professionnel afin d’être correctement ancrées au support.

Barre sol-plafond

La barre sol-plafond, également appelée barre télescopique, est une barre d’appui verticale sans contact avec le mur. Se coinçant entre le sol et le plafond, elle rend superflue la percée de trous et toute fixation avec des vis et des chevilles. Ce moyen auxiliaire facilite la levée, l’assise et la station debout. Seule condition à son installation : un sol et un plafond stables et droits.

Lit électrique

Un lit électrique réglable en hauteur facilite le transfert hors du lit et vers le lit. En relevant le lit, l’utilisateur peut se lever sans pratiquement le moindre effort au niveau des jambes. Pour le transfert du lit vers le fauteuil roulant, le lit se règle à une hauteur légèrement supérieure à celle du fauteuil. Le transfert s’en trouve facilité. Une planche de transfert peut également être utile.

Releveur et verticalisateur

Un verticalisateur convient aux personnes présentant une faiblesse musculaire des jambes et donc des difficultés à se lever d’une position assise. Par ailleurs, ce dispositif permet au patient de participer activement au mouvement. Pour ces transferts, il existe des verticalisateurs alimentés par batteries. Dotés de roues, ils permettent aux soignants de pousser les personnes vers les toilettes ou un fauteuil roulant. Les fabricants de releveurs proposent différents modèles équipés d’accessoires tels que sangles, étriers et ceintures.

Lève-personne mobile

Le lève-personne mobile permet aux aidants de transférer des patients sans gros effort : du lit vers le fauteuil roulant, vers les toilettes ou le siège de douche, mais également d’une pièce à l’autre.

Critères de sélection

Il existe différents modèles pour répondre aux différentes situations. Les principaux critères de sélection sont : la hauteur du mât, le domaine d’application et, au besoin, la pliabilité. Il est également important qu’un lève-personne mobile puisse s’engager sous les meubles où la personne doit être soulevée ou déposée. Il ne convient donc pas à un transfert vers une baignoire qui ne répond que très rarement à ce critère au domicile des patients. Il est également inadapté aux espaces restreints ou aux pièces exigües. Ce qui signifie que l’utilisation de lève-personnes mobiles nécessite suffisamment d’espace.

Si le recours à un lève-personne mobile s’avère impossible pour les raisons susmentionnées ou si la personne est en mesure de commander elle-même le lève-personne, le recours à un dispositif de levage au plafond est alors possible dans la plupart des cas.

Dispositifs de levage au plafond

Les lève-personnes plafonniers peuvent se combiner et se monter de différentes façons. Il existe des dispositifs permettant de répondre pratiquement à n’importe quelle exigence spécifique ou architecturale des logements privés, des institutions ou des hôpitaux.

Le lève-personne plafonnier est un moteur de levage électrique ou alimenté avec batteries. Il est également disponible avec un moteur supplémentaire permettant de le déplacer latéralement ou de haut en bas grâce à un système d’aiguillage. Ce système composé de rails droits et en courbe s’adapte parfaitement à la pièce. Le dispositif de levage fonctionne avec un système de sangle montant et descendant doté d’un étrier permettant de recevoir différentes sangles. Si la personne est capable de fixer seule la sangle, elle pourra commander le lift de plafond elle-même. Mais c’est généralement un tiers qui s’en charge. Selon le type de sangle, la personne est soulevée d’une position assise ou allongée, puis transférée.

La manipulation d’un lève-personne plafonnier est identique à celle d’un lève-personne mobile, les sangles utilisées pouvant être les mêmes. Les lifts de plafond sont également des aides au levage permettant un transfert autonome. Dans ce cas, le lève-personne doit être équipé d’un moteur supplémentaire qui permettra à l’utilisateur de se déplacer dans la direction voulue.

Lève-personne plafonnier avec pont roulant

Lorsque plusieurs endroits dans une même pièce doivent être accessibles – par exemple la douche, les toilettes et la baignoire dans une salle de bain -, un pont roulant peut être la bonne solution. Ce dispositif est également judicieux pour accéder à l’angle d’une pièce qu’un simple rail ne permettrait pas d’atteindre à cause du rayon de courbure trop important. Un pont roulant consiste en un rail coulissant – sur lequel est fixé le module de levage – entre deux rails parallèles fixes. Ne pouvant pas être commandés de manière autonome, ces dispositifs nécessitent l’aide d’un tiers.

Lève-personne plafonnier dans plusieurs pièces

Lorsqu’un lève-personne plafonnier relie plusieurs pièces, le passage des embrasures de portes exige des modifications architecturales. Soit on choisit de casser jusqu’au plafond le linteau dans la largeur du moteur de levage, soit on agrandit les embrasures de porte sur la hauteur totale de la pièce.

Lève-personne plafonnier avec dispositif Tarzan

Ce type de dispositif permet de passer d’une pièce à l’autre sans casser le linteau d’une porte. Des rails montés des deux côtés de l’embrasure permettent de franchir l’obstacle que constitue la porte. Ce système de lift doté de deux sangles permet de franchir l’embrasure en accrochant l’une et décrochant l’autre.

Lève-personne mural avec bras pivotant

Un simple lève-personne mural peut rendre de précieux services. En installant une plaque murale dans plusieurs pièces, il est alors possible de le déplacer d’une pièce à l’autre. Il existe aussi des bras pivotants fixes pour une utilisation dans une seule pièce.

Systèmes de sangles et ceintures

Les lève-personnes mobiles et les lève-personnes sur rail au plafond nécessitent des systèmes de ceintures, également appelés harnais ou sangles. En contact direct avec le corps, les sangles doivent donc avoir la forme et la dimension appropriées. Les suspensions auxquelles les sangles sont accrochées sont dotées de deux ou quatre points d’accroche. Cet aspect est primordial selon le tonus musculaire et la posture de la personne à transférer et doit être pris en compte dans le choix du lève-personne ou de la suspension. Le transfert d’un jeune enfant n’a rien avoir avec celui d’un adulte d’1,80 mètre.

La stabilité du tronc de la personne à transférer est déterminante pour la hauteur du dossier. Une sangle plus longue avec appui-tête intégré peut s’avérer nécessaire par exemple pour les pathologies présentant une musculature affaiblie du cou et de la nuque. Les sangles pour amputation des jambes doivent également répondre à des critères spécifiques. Il est également important de choisir la sangle adaptée au transfert et d’en faire une bonne utilisation. De grandes et larges sangles sous les cuisses peuvent s’avérer problématiques pour le transfert aux toilettes puisqu’elles entravent la baisse du pantalon. Les sangles utilisées dans l’eau doivent être idéalement non rembourrées et sécher rapidement.

Quel moyen auxiliaire dans quelle situation

La sécurité reste la priorité absolue – que le transfert soit autonome ou accompagné. L’aide au transfert appropriée assiste la personne concernée et ses accompagnants.

Cela vaut la peine de recourir à des conseils professionnels avant l’acquisition d’un moyen auxiliaire de transfert. Les conseillers de la FSCMA vous aident volontiers à choisir le dispositif adéquat. Important à savoir : les personnes désireuses de faire installer des moyens auxiliaires à leur domicile ont besoin de l’accord écrit du propriétaire.

Source: https://sahb.ch/fr/exma-vision/editions-2019-2020/

Par Karina Peters 25.01.2021 Pas de commentaires

Commentaires